Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Au pignon du jour

Au pignon du jour

------------ Quand ils disent vraiment n'importe quoi ! ------------ Humour, coups de coeur, coups de gueule et mauvais esprit


La dialectique de la pompe à fric

Publié par Sannicolao sur 4 Juin 2013, 19:17pm

Prête moi 1000 €, comme ça je te rembourse tout de suite les 500 € que je te devais déjà et les 500 qui restent je te les rends demain. C'est vieux comme le monde et ça marche toujours. Tout est dans le rythme !

A ceux qui disent que nous vivons dans un monde où l'argent règne en maître, où les chiffres et la rigueur mathématique s'imposent... je dis non !

Il y a plus fort que ça. Il y a la dialectique ! Avatar intellectuel de l'embrouille, la dialectique ne dit plus son nom aujourd'hui.

Qu'elle s'embusque derrière le discours, se cache au détour d'un raisonnement, ou transpire à travers un argumentaire, elle est pourtant bien là. A la fois tour de bonneteau politique et ultime instrument de pouvoir hypnotique, elle est un art dont la maîtrise permet de déterminer une bonne fois pour toutes lequel des deux est celui qui creuse _ l'autre étant celui qui tient le colt (précision à l'attention de ceux qui n'ont pas de culture cinématographique).

Peut-elle casser des briques ?

En 1973, était sorti sur les écrans français un film intitulé "La dialectique peut-elle casser des briques". René Vienet avait "détourné" les dialogues d'un film de kung-fu chinois. Les pratiquants de taekwondo coréens, opposés aux oppresseurs japonais, devenaient des prolétaires opposés aux bureaucrates. La réponse à la question initiale était finalement non, le dialogue avec les bureaucrates s'étant révélé inutile et moins efficace que les coups.

Un ange passe, rêvons un peu...

Désir maître de l'art

C'est bien évidemment dans le monde politique que les maîtres de la dialectique donnent la pleine mesure de leur talent. On en trouve dans tous les camps et de toutes les opinions. Mais, l'actualité étant ce qu'elle est, c'est bien évidemment à l'inénarrable Harlem Désir que revient la palme 2013. Dernier exploit en date, quand il explique que payer (en moyenne) 800 € d'impôts de plus par an, pour 10 à 20 % des foyers, ne constitue pas une hausse d'impôts. Ce n'est pas une hausse, c'est la baisse d'une réduction... tas de balourds que vous êtes !

Un autre ange passe, mort de rire...

Les 35 heures

Je ne résiste pas au,plaisir de partager avec vous un vieux souvenir.

Pour préparer la mise en place des 35 heures, Martine Aubry avait envoyé ses missi-dominici en province pour convaincre et si possible rassurer les acteurs économiques et sociaux. Nous étions en Isère. Les choses étaient encore un peu floues (en réalité pas du tout...).

Lorsque les uns demandaient, inquiets : " Il n'y aura pas de perte de salaire ? " , l'envoyé répondait "non bien sûr" . Et quand les autres, tout aussi inquiets, demandaient "Mais on ne va quand même pas payer 39 heures pour 35 heures de travail ? " le même répondait encore " Non, bien sûr ".

Une certaine gêne s'installait... L'envoyé, pas idiot mais obéissant, sentait bien qu'à force de vouloir ne faire de peine à personne il avait atteint les limites de la contradiction. Ses interlocuteurs se regardaient pour savoir qui, des patrons et des salariés, allait prendre l'initiative de le coller contre le mur et de le secouer un peu pour l'inciter gentiment à être plus clair.

C'est alors que le maire de la commune, ancien Ministre et ancien président de l'assemblée Nationale a déclaré avec un sourire inquiétant qui mettait une terme définitif aux débats ; "C'est uniquement un problème dialectique, il sera vite réglé".

Ce qui a calmé tout le monde, c'est ce qu'on appelle la force de sidération.

Un vieil ange passe, et se cogne dans le mur...

La dialectique de la pompe à fric
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents